Titre : 麵攤 (le marchand de nouilles ambulant) (1959)

Auteur : 陳映真 (Chen Yingzhen) (1937-2016)

Chen Yingzhen a 22 ans lorsqu’il écrit sa toute première nouvelle, le Marchand de nouilles ambulant. Le lecteur y découvre le regard plein d’humanité que l’auteur pose déjà sur les petites gens.

L’histoire est extrèment simple. Pour toute intrigue, un jeune policier témoignant de compassion (en fait il tiendra seulement à payer comme il se doit son bol de nouilles au boeuf et laissera la monnaie) à un marchand venu de Hualien tenter de survivre dans la grande ville, poussant son chariot dans les ruelles de Ximenting accompagné de sa femme et de leur fils malade.

Par petites touches discrètes, l’auteur décrit avec une grande pudeur l’amour des parents pour leur enfant malade, la tendresse et la confiance de celui-ci lové dans les bras de sa mère, l’attitude bienveillante et réservée du policier et la timide reconnaissance que lui témoignent les yeux rougis du couple de marchands. Les gestes sont retenus, les paroles rares, les sourires esquissés. Quant à l’enfant, c’est avec beaucoup de bonheur qu’entre deux quintes de toux, il découvre les bruits et les lumières de ce quartier animé de la capitale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s