Titre : 看海的日子 [les jours à contempler la mer] (1967)

Auteur : 黃春明 (Huang Chunming) (1935~)

Le film basé sur cette nouvelle et tourné en 1983 s’intitulait en anglais « A Flower in The Raining Night » reprenant le titre du deuxième chapitre de cette nouvelle : 雨夜花.

La fleur dont il est question se prénomme Baimei. Dès son jeune âge, elle fut confiée par ses parents trop pauvres pour l’élever à  une famille adoptive supposée lui offrir des jours meilleurs. Elle fut pourtant vendue à l’âge de 14 ans à un bordel du port de Suao. Grâce à l’argent ainsi rapporté, la progéniture de ses parents adoptifs pouvait suivre de brillantes études.

Quatorze ans plus tard, Baimei vend toujours ses charmes aux pêcheurs du port. Toutefois une rencontre fortuite avec une ancienne partenaire d’infortune lui fera prendre conscience que son avenir passe si ce n’est par un inconcevable mariage tout au moins par une maternité. C’est décidé, Baimei aura un enfant ! Elle le met soigneusement en route en choisissant, sans dévoiler ses desseins, parmi les clients du bordel un jeune pêcheur, naïf, prévenant et bel homme.

Baimei retournera auprès de sa première famille, se dévouera pour sa mère, son frère, ses neveux et nièces et tout son village. Mère célibataire et ancienne prostituée, elle saura envers tout préjugé s’attirer l’affection de tous. A son plus grand bonheur, elle accouchera — dans la douleur, mais là c’est une réelle délivrance — d’un robuste garçon, symbole de renouveau et d’espoir. Baimei aura surmonté l’adversité et grâce à sa volonté trouvé le bonheur et fait le bonheur de ses proches.

Huang Chunming nous livre là encore une belle histoire de petites gens refusant de baisser les bras devant le mauvais sort, tels le peuple taïwanais, courageux, solidaire et tenace. Et la mer dans tout cela ? Symbole d’éternité, d’espoir et de rédemption, elle est aussi l’image de ce père inconnu, amant ou client d’une nuit, que Baimei idéalisera aux yeux de son enfant et dont elle attend sans trop espérer un improbable retour.

On remarquera enfin dans cette nouvelle une très belle description de l’activité du port au retour des bateaux de pêcheurs ainsi que de la vie des prostituées de l’époque.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s